Doppelgänger sombre - Chapitre 12


John Lucas

Publié le 07/10/2020 19:34
Mis à jour le 07/10/2020 19:56

8 mins de lecture

Lothi

 Le reste de la milice prygalienne fait le ménage à travers la vallée des diablotins. Grâce à leurs fusils paralysants qui s'avèrent mortels pour les petits animaux, ils exterminent des dizaines et des dizaines de ces créatures qui les attaquent par vagues telle une mer déchainée. Pour eux, ce ne sont que des espèces de vulgaires rats géants et cannibales. Lothi et Dainmar se débarrassent des quelques-uns qui réussissent à se frayer un chemin jusqu'à eux.

 Le groupe continue son périple vers le sud et franchit sans délai les montagnes au sommet desquelles ils prennent une courte pause. Une pause justement bien trop courte au goût du nain, mis hors d'haleine par ces nombreuses heures de marche.

 « Reposons-nous encore un peu » suggère-t-il.

 Il s'assoit sur un rocher et enlève ses lourdes bottes.

 « Tu te reposeras quand tu seras mort, lui répond l'androïde, d'un ton dédaigneux.

 — Je ne suis pas un tas de ferraille infatigable, moi. Les longues distances m'épuisent. Nous les nains, nous sommes des sprinteurs, redoutables sur les courtes distances !

 — Fais ce que tu veux ! Moi, j'y vais.

 — Krax ! Reste avec moi. Soldat, partez avec lui. »

 Le groupe se divise et cependant que le nain s'allonge sur un lit de feuilles au confort douteux, l'humanoïde presse le pas pour descendre la montagne. Les kilomètres défilent et le voilà déjà qui foule l'herbe fraîche des grandes plaines du sud. Il aperçoit au loin la mer bleu turquoise. Alors ce serait à ça que ressemblaient les océans avant que la pollution les assèche et les noircissent ? Un froissement dans les fourrées le sort de sa contemplation. En moins de temps qu'il faut pour le dire, les deux soldats sont encerclés et désarmés par de grands êtres de couleur verdâtre et puissamment bâtis. De leurs mâchoires dépassent des dents aussi pointues que des poignards. L'un d'eux, celui au physique le plus impressionnant et à la face patibulaire, s'avance vers Lothi, muni de son énorme gourdin. Pour le robot, cette arme n'est autre qu'un tronc d'arbre, ce qui l'amuse beaucoup.

 « Alors c'est ça un orc. Impressionnant, je dois bien l'avouer. Et que comptes-tu faire avec ton cure-dent géant ?

 — Cure-dent ? grogne Tulgar. Je crois que je vais bien m'amuser avec toi, homme de métal. Et cette fois, Grielaa ne viendra pas nous interrompre. D'ailleurs, pourquoi et comment es-tu revenu ici tout seul ? Je n'ai vu aucun bateau jeter l'ancre au port depuis que vous êtes partis.

 — Tu dois me confondre avec ce Sian-ve qui me ressemble tant. Alors comme ça il est passé par ici, a pris la mer et n'est pas encore revenu.

 — GROAAR ! »

 Tulgar se rue sur l'androïde et balance son gourdin avec une rage folle. Ses attaques sont pleines de violence mais ses mouvements trop amples et pas assez vifs sont lus avec facilité par l'humanoïde qui s'amuse à entailler l'orc à chacune de ses charges qu'il accompagne de hurlements de plus en plus féroces.

 Quelques orcs se pressent tout autour de Lothi dans le but de resserrer l'étau autour de lui mais cela n'est pas du goût de leur chef, essoufflé par ses assauts.

 « Reculez ! C'est entre lui et moi, vocifère-t-il. La honte s’abattrait sur moi et sur vous s'il me fallait votre aide pour le vaincre. Perso, je tiens à mon honneur. Pas vous ?

 — À quoi cela te servira-t-il une fois mort ? » ricane le robot.

 Tulgar fonce droit sur son adversaire et réussit enfin à le toucher au flanc à la suite d'une feinte à la tête. Il n'en fallait pas tant pour mettre l'androïde hors de lui. Celui-ci se relève, accélère ses estocs et bientôt le mastodonte s'écroule à genoux et pose ses mains dans les flaques que son propre sang a formées au sol.

 La horde, ahurie de voire leur plus brave et fort guerrier ainsi malmené, relâche son attention et les deux prisonniers en profitent pour récupérer leurs armes et les mettre en joue alors que Dainmar et Krax les rejoignent au pas de course.

 « Alors le nain, on arrive après la bataille ? » ironise Lothi sans lâcher sa proie du regard.

 Tout le monde se regarde un peu en chien de faïence lorsqu'un éclair vient alors percuter un des soldats prygallien au niveau de la poitrine. Celui-ci est projeté sur une centaine de mettre et son corps retombe sans vie dans un buisson. Personne n'a vu le navire orc s'arrimer au port et en surgir les guerriers qu'il contenait. Sian-ve, son sceptre fumant tendu vers ses opposants, accompagné de Pai, mène la charge. Ils sont suivis de la vingtaine d'orcs qui ont embarqué avec eux. Dainmar, les yeux injectés de sang, saisit Harìn et le fait tournoyer au-dessus de sa tête. Il est prêt à charger et fait signe au géant de le suivre, mais celui-ci ne bouge pas d'un poil.

 « Suis-moi, imbécile ou tu ne reverras jamais ton fils.

 — Je ne peux pas bouger. Je suis paralysé. »

 Un second visage affublé d'un large sourire apparaît sur celui de Krax. C'est Grielaa. L'esprit sylve a pris possession du corps de son adversaire. C'est là un pouvoir de son peuple. Ils sont capables de contrôler le corps d'êtres disposant d'un esprit faible. Cependant, celui-ci lui résiste et il ne peut que le maintenir stoïque.

 Le nain commence à suer à grosse gouttes et ses membres se mettent à trembler. La situation leur échappe et sans la puissance du géant, ils sont mal embarqués. Il se dirige vers Lothi qui n'en a que faire. Celui-ci est hypnotisé par ce robot qui est une copie quasi exacte de lui-même. Fichu Zagi. Il s'élance dans sa direction bien décidé à en découdre et bientôt les deux humanoïdes s'affrontent. L'un porte des coups de poignard avec une dextérité et une vélocité incroyables. L'autre part les attaques de son bâton de manière tout aussi impressionnante. Ils semblent de force égale et le sourire sadique de Lothi en dit long sur le plaisir qu'il éprouve dans ce combat.

 « Ainsi c'est donc vrai, il existe un autre moi, dit Sian-ve, circonspect, dans un moment d'accalmie.

 — Ne m'insulte pas. Tu n'es rien comparé à moi. Zagi t'a certainement créé à partir de mes puces de sagesse. Tu n'es donc qu'un sous-moi si on peut dire.

 — Zagi ? C'est bien le nom que Rislen a utilisé pour parler de mon créateur.

 — Tout comme ses autres créations, tu n'es qu'un échec. Je suis et resterai sa seule réussite.

 — Nous avons le même créateur, nous pourrions certainement nous entendre. Pourquoi tant de haine ?

 — Tais-toi et meurt ! »

 Lothi sort le fusil paralysant qu'il a récupéré sur le soldat abattu et attaché en bandoulière. Sian-ve ne doit son salut qu'à l'intervention du lyar qui jaillit pour mordre le bras de leur adversaire et ainsi dévier le tir qui explose un rocher non loin du robot. Dans la lutte, Pai a réussi à faire tomber son adversaire et lui crache une énorme flamme qui aurait cramé tout un troupeau de cerfliers. C'est sans compter sur la constitution de Lothi, qui est insensible au feu, tout comme Sian-ve.

 Le lyar vient offrir à son ami le fusil qu'il a arraché à son propriétaire. Dans le même temps, Dainmar rejoint son partenaire et l'aide à se relever. Il en récolte une droite en pleine mâchoire.

 « Lâche-moi, le nain. Je ne t'ai rien demandé.

 — Par ma barbe, saleté de robot, tu me le paieras. Mais en attendant, déguerpissons. Ils sont trop nombreux et nous ne sommes plus que trois. Ils ont eu le géant aussi. Cet abruti s'est transformé en statue.

 — Fuir ? Jamais ! Je préfère encore mourir.

 — Tu ne voudrais pas que j'appelle Maxarls et subir son courroux face à ton incapacité à obéir et à réussir la mission qu'il t'a confiée ? Là, effectivement, tu préférerais la mort.

 — Ça va. Tu me les casses avec ton Empereur. Je te suis. »

 Le nain et l'humanoïde battent en retraite suivi du soldat prygallien survivant. Le géant est toujours cloué à sa place sans parvenir à mouvoir ne serait-ce qu'un orteil. Ils retraversent les montagnes et la vallée des diablotins aussi vite qu'ils le peuvent. Le garde a du mal à suivre, dû aux nombreuses blessures infligées par les orcs. Il se retrouve alors seul en arrière et c'est le moment qu'ont choisi les petites créatures carnivores pour l'attaquer et le mettre en charpie, sans même que ses compagnons ne s'en aperçoivent.

 Lothi et Dainmar arrivent dans la forêt de Thelthane et retrouvent vite la grotte Rog-lehd. C'est là qu'ils se rendent enfin compte que le soldat n'est plus avec eux.

 « Où est passé le troufion ? demande l'humanoïde.

 — Aucune idée. Je pensais qu'il nous suivait.

 — Tant pis pour lui. On y va. »

 Sans attendre, l'androïde traverse le passage vers son monde, bientôt imité par le nain, qui jette un dernier regard à la grotte dans l'espoir de voir arriver le retardataire, en vain.





Auteur du Pen :

7
Abonné(s)

42
Article(s)


Suggestions :