1-/ Au lycée


John Lucas

Publié le 16/01/2021 15:15

6 mins de lecture

 Une fraiche brise caressait le visage pâle d'Antoine qui s'empourprait, alors qu'il courrait avec grande peine pour attraper son bus. Il monta de justesse avant la fermeture des portes et les regards se braquèrent sur lui. Il n'y fit guère attention, ayant l'habitude de ne pas passer inaperçu. Il faut bien avouer que cela était difficile d'être discret avec un long manteau de cuir qui laissait uniquement apparaitre de grandes bottes cloutées et aux semelles épaisses. Le jeune garçon portait aussi un maquillage noir autour des yeux ainsi que du rouge à lèvres et du vernis très sombre.

 Toujours haletant, il gagna l'arrière du véhicule pour s'asseoir sur une des cinq places côte à côte du fond. Deux d'entre elles étaient déjà occupées par ses amis Hugo et Eugénie qui avait un look quasi-similaire au sien : habits sombres, bracelets à pointes et maquillage foncé sur teint blafard.

 — Pff... j'ai bien cru que je n'y arriverais jamais. Ces pompes pèsent une tonne.

 — Ouais, mais elles déchirent grave, répondit Eugénie. Je suis sûre que Marine va les adorer.

 La fille fit un clin d'œil moqueur à Antoine dont les joues devinrent encore un peu plus rouges. Elle savait qu'il était secrètement amoureux de la jeune fille et aimait le titiller à ce sujet. Hugo détourna la conversation et le groupe passa le reste du trajet à discuter du dernier album de Marilyn Manson et à débattre sur certains passages de la bible satanique d'Anton Lavey.


 Le bus déposa Antoine et ses deux amis devant le lycée où les attendaient Paul, un garçon très petit dont la tenue et l'apparence classique avec ses cheveux blonds bien peignés, contrastait avec ses camarades, mais aussi et surtout Marine, une jolie brune au style gothic lolita très léger. Ses magnifiques yeux verts en amande étaient responsables du béguin d'Antoine pour elle, qui n'était pas non plus indifférente au charme sombre de ce grand brun ténébreux. Même si elle le trouvait un peu extrême, elle était fascinée par son regard de braise.

 Le groupe ainsi réuni traversa la cour afin de se rendre en classe lorsque Steve, un grand blond, athlétique et beau gosse, vint à leur rencontre. Il faisait très capitaine de l'équipe de football américain dans les films pour adolescents. Comme à l'accoutumée, son fidèle lieutenant, Kevin, était flanqué à ses basques.

 — Alors les loosers, on prie encore Satan ? Vous avez sacrifié quoi, ce weekend ? Chauve-souris, chèvre, cochon ?

 — Ta gueule ! lança Hugo. Va t'acheter un cerveau, on discutera après.

 — Ouh. Mais c'est qu'il s'énerverait, ricana Kevin. Tu ne vas quand même pas nous jeter un mauvais sort ?!

 — Va chier ! intervient Antoine. Allez, venez, on rentre.

 Steve l'empoigna et le plaqua contre le mur. Kevin se tenait juste à côté et rigolait de manière stupide.

 — Vas-y, pète-lui la gueule. On ne te parle pas comme ça.

 Un surveillant choisit bien son moment pour sortir du bâtiment et venir séparer les deux jeunes garçons.

 — C'est bon ça va, dit Steve. On s'amusait juste un peu. Hein, mon pote ?

 Il posa la main sur l'épaule d'Antoine et lui fit comprendre du regard qu'il valût mieux qu'il acquiesçât. Ce dernier ne se laissa pas démonter et repoussa le bras d'un geste rageur.

 — Je ne suis pas ton pote. Et non, ça ne va pas. Tu voulais me foutre sur la gueule.

 — Mr Monier, dit le pion, veuillez me suivre dans le bureau du CPE.

 — Tu me le paieras, le gothique.

 Tandis que le groupe se rendit en cours, Steve suivit le surveillant, le regard noir, pour aller recevoir un sermon qu'il se promettait de faire payer à ses suppôts de Satan.


 La journée de cours n'avait jamais paru aussi longue à Antoine qui redoutait la fin des cours et regrettait de s'être ainsi rebeller. La dernière fois qu'il avait tenu tête à Steve de la sorte, il s'était retrouvé avec un bel œil au beurre noire et deux doigts cassés.

 La sonnerie libéra les élèves et le groupe décida de se retrouver à la grotte. Cet endroit était leur échappatoire secrète à cette réalité qui leur convenait pas du tout. Ils y pratiquaient des séances de spiritisme et des rites satanistes pour invoquer des démons qui les libéraient de cette vie de misère. Personne d'autre qu'eux n'étaient autorisés à pénétrer ce lieu « saint ».

 Alors que les premiers arrivés attendaient les derniers retardataires, des bruits de discussion leur parvinrent depuis l'extérieur.

 — Chut ! Écoutez ! dit Marine. Ce ne sont pas les voix de Hugo et de Eugénie.

 — Merde, c'est Steve et Kevin, s'inquiéta Paul. Antoine, tu ferais mieux de te planquer.

 — Trop tard ! lança le grand blond tandis qu'il pénétrait dans la grotte.

 Antoine essaya de sortir mais Kevin lui barra la route et lui envoya un coup de poing dans le ventre qui le plia en deux.

 — Oh ! Qu'est-ce que tu fais ? s'énerva Steve. Il est à moi. Je te laisse les deux autres si tu veux.

 — Pff, tu parles. Une gonzesse et un minus.

 Pendant que Kevin mettait Paul au sol sans difficulté et attrapait Marine qui se débattit avec force, Steve redressa Antoine, lui tordit le bras dans le dos et lui mit quelques petites gifles dans le visage.

 — Alors, on fait moins le malin sans surveillant pour te défendre. Hum, voyons... la dernière fois, je t'ai fait un cocard et je t'ai pété des doigts. Je vais essayer de faire mieux.

 Il força un peu plus sur le membre d'Antoine et entendit très nettement le craquement lorsque l'os se brisa. Antoine hurla de douleur et se laissa tomber à genoux, son bras replié sur sa poitrine. Marine se défit de l'étreinte de Kevin, qui cherchait à la peloter, et accouru aux côtés de son ami. Elle était en larmes et criaient toutes les injures imaginables à l'intention des deux gaillards.

 — C'est bon Ké, on y va. Je crois qu'il a compris. Et cette folle va ameuter tout le village avec ses cris de hyènes.

 Steve et Kevin sortirent de la grotte et croisèrent Hugo et Eugénie qui se dépêchaient, affolés par les cris de Marine. Une fois dans la grotte et le choc passé, ils aidèrent leurs camarades à se relever et accompagnèrent Antoine à l'hôpital.





Auteur du Pen :

14
Abonné(s)

98
Article(s)


Suggestions :