13-/ Le démon


John Lucas

Publié le 17/04/2021 15:57

6 mins de lecture

 Encore sous le choc, Marine ne parvenait pas à relever la tête de la poitrine de son mari. Elle tremblait comme une feuille et les sanglots l'agitaient. Inquiet de l'état de sa femme, Antoine, lui-même au bord de la crise de nerfs, l'écarta un peu de lui et la força à le regarder dans les yeux. Il prit son ton le plus rassurant possible et l'invita à le suivre à l'étage.

 — Il faut remonter ma chérie. J'ai bien l'impression que nous avons réussi. Allez, va. Je ramasse tout ça et je te rejoins.

 — T'es sûr ? Le démon est parti ?

 — Tu as entendu ces cris d'agonie et vu cette lumière comme moi ? Il est noté dans le grimoire que c'est ce qu'il se passe en cas de révocation du pacte.

 — J'espère que tu as raison. Je n'en peux plus de cette histoire.

 — C'est fini, maintenant. Tout va redevenir comme avant.

 Marine gravit les marches, se retournant sur chacune afin de vérifier que plus rien d'étrange n'arrivât à son mari. Il avait presque fini de rassembler toutes leurs vieilles affaires qu'il fourrait dans un sac plastique. Il attrapa le livre, l'examina avec un certain dégout et le jeta dans la poche. Il s'élança ensuite à son tour dans l'escalier. Plus d'ascension sans fin cette fois, il atteignit très vite l'étage où l'attendait sa femme, qui retrouvait petit à petit un semblant de calme.

 — Pourquoi as-tu remonté tout ça ? demanda-t-elle.

 — Je vais tout bruler. Je crois que ça vaudra mieux. Tu peux aller me chercher les autres livres, s'il te plait ?

 Pendant que Marine alla récupérer les bouquins restés dans le salon, Antoine dégota une vieille bassine en ferraille, des allumettes et du papier journal. Le couple sortit dans la petite cour à l'arrière de la maison et se firent un plaisir de mettre le feu à la cause de leurs récentes mésaventures. Ils observèrent avec appréhension le papier se consumer et la cire des bougies fondre, s'attendant à voir ou entendre des choses bizarres. Mais rien. Les flammes ne laissèrent que cendres et résidus.

 — Chéri, dit Marine. Partons vite d'ici. Tu veux bien ? J'ai besoin de mettre tout ça derrière nous le plus vite possible et m'assurer que tout va bien chez ma mère, avec Théo. Je lui dois aussi quelques explications, même si je sens que ça va être compliqué de lui faire avaler cette histoire.

 — D'accord. Allons-y. Terre à terre comme elle est, c'est clair qu'elle n'y croira pas.


 Marine et Antoine remirent la maison en place et récupèrent leurs affaires. Ils se dirigèrent vers la porte et se retournèrent une dernière fois comme pour dire au revoir définitivement à une partie de leur passé. L'homme ouvrit la porte et au moment d'en franchir le seuil se retrouva propulsé deux mètres en arrière, emportant sa femme dans sa chute. Un rire lugubre retentit dans leur dos. Le couple se releva en vitesse et s'approcha de l'entrée. Antoine essaya de passer la main par l'ouverture mais une espèce de barrière invisible l'en empêchait.

 — Qu'est-ce que sait encore que ce bordel ? paniqua-t-il.

 Marine craqua à nouveau et se mis à pleurer à chaudes larmes.

 — On n'arrivera jamais à s'en débarrasser, bafouilla-t-elle entre deux sanglots. Il ne nous lâchera pas. Il va falloir qu'on se suicide, sinon il s'en prendra à Théo.

 — Chut, chut, chut. Calme-toi. On va trouver un moyen.

 — Et comment ? Tu as cramé tous les livres.

 — Il reste toujours internet.

 — C'est ça, il y a toujours internet, se moqua une voix grave.

 Le couple pivota et blanchirent devant leur spectacle qui leur était proposé. Dans le canapé, confortablement installé, se trouvait Kevin, leur ancien ennemi du lycée. L'adolescent n'avait pas changé, il était resté bloqué à ses dix-sept ans.

 — Regarde ses yeux, fit Marine. Ce sont les mêmes qu'avait Théo. C'est le démon.

 — Oh oh, perspicace la jolie, ricana le jeune. J'espère que mon apparence ne vous déplait pas trop. Après tout, c'est un peu l'élément déclencheur de votre pacte, si je ne me trompe.

 — Foutez-nous la paix, hurla Antoine, le front en sueur et tout tremblant. Nous n'étions que des gosses. Nous ne savions pas ce que nous faisions.

 — Ah mais ça, je m'en fous royalement. Un pacte est un pacte. Vous l'avez signé de votre sang, maintenant vous tenez vos engagements. Prenez exemple sur votre ami Hugo. Il n'a pas hésité une seconde à se passer la corde autour du cou quand je lui ai rendu visite pour le mettre en garde.

 — Hugo était devenu cinglé. En revanche, je ne crois pas que Paul se soit laissé faire.

 — Effectivement, j'ai dû prendre possession de son corps pour le forcer à se pendre. Une vraie petite teigne, mais un simple humain. C'est d'ailleurs ce qu'il vous attend si vous continuez à résister.

 Antoine porté par un élan de courage couru à la cuisine chercher le couteau de boucher qu'il avait pris pour descendre à la cave. Le démon, amusé l'observa et le laissa faire. L'homme se planta devant l'adolescent aux yeux rouges, les traits déformés par la colère.

 — Je vais te faire la peau, ordure.

 Antoine se jeta sur sa cible et le matraqua de coups de couteau. Il ne s'arrêta qu'une fois épuisé et recula se positionner à côté de Marine, paralysée depuis qu'elle avait aperçu le démon. L'homme, haletant, constata que l'adolescent n'avait pas bougé et arborait toujours un sourire provocateur. Son corps était troué de partout mais il n'y avait aucune trace de sang. De chaque orifice sortait une lumière identique à l'orbe qui avait pénétré dans la cave plus tôt. Antoine comprit qu'il lui serait impossible de le blesser physiquement quand les plaies se refermèrent d'elle-même. En réalité il en était déjà convaincu mais la colère l'avait emporté sur la raison.

 — Je vais être magnanime et faire abstraction de cette agression. Je vous laisse une heure pour vous dire adieu. Passé ce délai, je reviendrai et me ferai un plaisir de vous contrôler. En revanche, ça ne sera pas un suicide pour vous, mais un drame familial, empli de souffrance. Voilà ce qu'il en coute de jouer avec un démon.

 Le couple, abasourdi, resta sans réaction tandis que Kevin disparu dans un bourdonnement grave.





Auteur du Pen :

14
Abonné(s)

98
Article(s)


Suggestions :