Rêve et désillusion


Gilles Heuline

Publié le 16/04/2020 15:14
Mis à jour le 16/04/2020 15:15

3 mins de lecture

Elle était tellement alourdie par la vie.

À peine capable de garder la tête haute,

Et même de se tenir debout et droite

Tant le stress et les soucis l'accablaient

Tel un bloc de béton infrangible sur ses épaules.



Un jour, dans un rêve, elle aperçut les nuages dans le ciel.

Et au lieu d'imaginer à quelle distance ils se trouvaient,

Elle crut soudain se retrouver là-haut parmi eux.

Et, comme par magie, ce bloc pesant s'est désintégré

Elle est devenue presque aussi légère qu'une plume.

Ça y est, se dit-elle, j'ai fait un rêve, encore un !



Elle a quand même laissé son esprit tourner les histoires

De ses attentes, de ses espoirs et de ses déceptions.

Mais aussi de ses rêves les plus fous... Et elle y a cru.

La réalité et tous ses malheurs seraient laissés pour compte

Non, ce n'était pas un rêve, cela semblait être la réalité,

Alors qu'elle prenait le ciel dans ses envolées fantaisistes.

En frôlant le Soleil coruscant qui semblait s'en amuser.

Elle pouvait voler avec les oiseaux, dériver avec les nuages,

Et pas une seule pensée triste n'était autorisée à s'imposer.



Bien sûr, il y avait des trous d'air quand elle perdait de l'altitude,

Mais, malgré tout, elle n'a touché le sol à aucun moment.

Elle a juste rasé un immense champ tapissé de blés flavescents

Parfois, elle planait si haut qu'elle avait l'impression

D'être sur le point de quitter l'atmosphère terrestre

Débarrassée de toutes exhalaisons dues à la pollution.



Elle était heureuse, ravie, faisant tourner tous les rêves communs.

Il y avait de très belles choses, comme des contes de fées,

Ils étaient toujours joyeux et merveilleux, elle en était la preuve.



Jusqu'au jour où la réalité a resurgi avec rage et colère.

Il n'y a plus de dérives douces, mais au lieu de cela, elle a été jetée

Comme une poupée dans les mains d'un enfant en colère.

Elle a essayé de se battre, elle a lutté pour rester dans son rêve

Mais le tissu de la fantaisie s'est déchiré avant qu'il ne soit terminé.

Sans lui, elle ne pouvait tout simplement plus rester dans les airs.



Chute libre, brutale, une chute au sol qui arrive si vite

Pour la replonger dans son impitoyable quotidien.

Son corps était meurtri, son esprit était en ébullition,

Mais ses rêves... Ses rêves, ils avaient tous disparus.



Je participe également au concours Wikipen : Pandémie, un mal pour un bien.

Vous pouvez lire mon texte en cliquant sur le lien suivant : La pandémie ou la vie autrement





Auteur du Pen :

14
Abonné(s)

53
Article(s)


Suggestions :