Jack’s memory : Arrestation

5 mins

“Pourquoi quitter les lieux alors que la personne qui l’a tuer se trouve parmi vous deux ?”, cette phrase qu’Arthur a sortie choqua évidemment les deux étudiantes, Rylie et Luka Pearson dans l’affaire du meurtre de Jocelyne Hanson, maquillé en scène de suicide avec une suicide trouvé sur elle mais grâce à son intelligence Arthur a pu déterminer que c’est un meurtre prémédité. “Attends tu ne vas pas nous faire croire que c’est l’une d’entre nous qui l’as tué n’est ce pas ?” demanda Lyla Perez d’une voix tremblante, comme si elle avait quelque chose à se reprocher. 

-Elle a raison, on a rien avoir dans cette affaire et on vous l’a dit c’est sûrement le gars qui lui procurait en drogue qui a dû lui enlever la vie, dit Giselle Rogers.

-Ouais c’est vrai que cette personne peut aussi être le meurtrier de votre amie. En fait monsieur Pearson, vous avez interrogé la sécurité ? Demanda Arthur, en regardant son oncle.

-Mes hommes se sont occupés de ça et d’après la sécurité ils n’ont vu personne entrer dans le campus pareil sur les caméras de sécurité mais il n’y a aucune caméra qui a pu filmer le moment où Jocelyne Hanson a été trainé près de l’arbre où on l’a trouvé.

-Et alors ? Où est le rapport avec nous deux ? Demanda Giselle Rogers, furieuse d’être accusée.

– C’est pourtant évident non ? Seule une personne étudiant dans cette université pouvait savoir qu’il y a aucune qui pourrait le filmer en train de traîner le corps n’est-ce pas, Giselle Rogers ?

En entendant son nom, Giselle Rogers commença à bégayer, ne sachant pas quoi dire tandis que son ami, Rylie et son oncle l’ont regardé avec un air choqué.

-Mais…Enfin…qu’est ce que vous avez raconté ? C’est une blague j’espère ?

-C’est pas la peine de mentir, c’est vous qui l’avez tué et qui a amené son corps jusqu’ici après l’avoir tué. Vous avez amené son corps jusqu’ici et avez maquillé la scène en suicide puis vous êtes partis pour ensuite découvrir le corps en même temps que Lyla Perez.

-C’est bien beau d’accuser les gens mais il faut aussi avoir des preuves.

-Vous voulez des preuves ? Fouillez vos poches.

-Hein ? Dit Giselle Rogers, le visage devenue limpide ainsi que les mains commençant à trembler.

-Si vous pensez ne pas être la meurtrière, fouillez vos poches.

“Vas-y, fouille tes poches et montre à ce prétentieux qu’il se trompe”, dit Lyla Perez en motivant son amie à le faire mais cette dernière hésitait à le faire, comme si elle savait qu’elle venait de se faire attraper. “Qu’est ce qu’il y a, vous hésitez à faire quelque chose d’aussi simple ?”, affirma Arthur, comme s’il ordonnait à Giselle Rogers de se dépêcher ainsi que son oncle qui lui demanda de fouiller ses poches et cette dernière, sous la pression, dit en s’adressant à Arthur d’un regard colérique : “Comment as-tu su ?” et Arthur rétorqua en disant : “Dans votre poche se trouve des boules de cotons n’est -ce pas ? “. Un peu surprise de cette réponse Rylie demanda à Arthur ce qui a pu l’amener à penser ça et ce dernier lui donna simplement son mouchoir en disant de regarder les petites fibres blanches qui se trouve dessus et en les regardant, Rylie s’est rappelé du moment où Arthur avait prêté son mouchoir à Giselle Rogers c’est à ce moment que les fibres se sont déposé sur le mouchoir car elle avait d’abord fouillé ses poches avant de le prendre.

-À voir ton visage étonné je pense que tu as finalement compris, hein Rylie ?

-Oui je m’en rappelle c’est quand tu lui a prêté ton mouchoir mais avant de le prendre elle avait d’abord fouillé dans ses poches et quand elle s’est rappelé que les boules de cotons se trouvent encore dans sa poche elle a décidé de prendre pour toi mais c’est à ce moment que les fibres de cotons se sont collés à ton mouchoir.

-Mais c’est débile, pourquoi Giselle aurait eu besoin d’avoir des boules de coton sur elle ? dit Lyla Perez, tentant de défendre son ami des accusations d’Arthur d’un air désespéré.

-C’est pourtant évident non ? Comme je l’ai dit il y aurait dû avoir des tâches de sang près de l’endroit où la victime a été piqué mais il n’y en avait pas et sûrement, après l’avoir piqué et s’être bien assuré qu’elle est morte, votre amie a utilisé du coton pour essuyer le sang, comme on le fait dans les hôpitaux pour se faire vacciner sauf que ça été une très grosse erreur de votre part et sûrement en étant pressés vous avez décidé de ranger les boules de cotons sur vous et vous avez prévu de vous en débarrasser après, expliqua Arthur.

Dos au mur, Giselle Rogers se contenta de regarder l’herbe pour ne pas à croiser le regard de son ami, cette dernière qui exigea des explications en la secouant, les larmes recommençant à sortir de ses yeux. “Cette conasse devait mourir” dit-elle avant d’être menotté par Luka Pearson et être amené dans sa voiture, direction le commissariat. Au début de soirée Arthur a eu d’autres informations de la part de son oncle, l’expliquant que Giselle Rogers est la personne qui fournissait la victime en drogue mais que cette dernière a décidé d’arrêter de lui en acheter en voyant les effets néfastes que ça lui fait mais Giselle Rogers, qui voyait la victime comme un moyen de rembourser son prêt étudiant et qui avait peur qu’elle balance tout a décidé de l’éliminer en lui injectant une forte dose de cocaïne dans son corps et d’après le médecin légiste elle est morte d’un accident vasculaire cérébrale. Au final le mobile de ce meurtre lâche et cruel montre à quel point l’être humain est prêt à tout pour satisfaire ses moindres désirs et aussi se protéger, quitte à enlever la vie à ses proches. Après le départ de la police, tout les élèves sont allés dans leur dortoir, y compris Jack qui, pour se changer les idées, se contenta de regarder le plafond de sa chambre mais cinq minutes plus tard, le bruit de notification de son téléphone s’est fait entendre et en regardant de quoi il s’agit il vit qu’il s’agit d’un message envoyé par Rylie disant : 

-Tu m’as impressionné tout à l’heure

-À cause de ce qu’il s’est passé à la zone de repos ?

-Oui, c’est la première fois que je vois un garçon aussi intelligent que toi, on dirait que tu n’est pas un garçon comme les autres.

-On me le dit souvent et puis cette affaire n’était pas si compliqué à résoudre c’est juste le mobile du meurtre qui me dégoûte.

-Moi aussi et d’autant plus que c’était son amie, ça me dépasse. Cette journée à été remplie de rebondissement mais je me suis vraiment amusé en ta compagnie.

-Content de l’entendre enfin si on oublie ton ex le bagarreur.

-Ouais d’ailleurs j’ai une surprise pour toi.

-Ah bon ? C’est quoi ? 

Au même moment il entendit trois coups contre sa porte et en l’ouvrant, il vit Rylie avec deux bouteilles de soda, des biscuits et du popcorn et elle dit, avec le sourire : “Ça te dérange si on passe la soirée pour conclure cette journée en beauté ?” et avant de placer une phrase Rylie entra dans la chambre en fermant la porte derrière elle.

No account yet? Register

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Lire

Plonge dans un océan de mots, explore des mondes imaginaires et découvre des histoires captivantes qui éveilleront ton esprit. Laisse la magie des pages t’emporter vers des horizons infinis de connaissances et d’émotions.

Écrire

Libère ta créativité, exprime tes pensées les plus profondes et donne vie à tes idées. Avec WikiPen, ta plume devient une baguette magique, te permettant de créer des univers uniques et de partager ta voix avec le monde.

Intéragir

Connecte-toi avec une communauté de passionnés, échange des idées, reçois des commentaires constructifs et partage tes impressions.

0
Exprimez-vous dans les commentairesx