« Je ne suis pas ce que tu crois: Épilogue »


Michael FIEVEZ

Publié le 03/09/2021 12:04

7 mins de lecture

- C'est lui ? Est-ce le garçon qui t'a retourné contre Dieu ? Qui t'a transformé en pécheur ? Fulminait Mary en criant sur William et commençait à attraper Calder.

En réponse, William rapprocha Calder et recula jusqu'à ce qu'il heurte un arbre. Calder était silencieux, tremblant dans la prise de l'autre. Il se sentit rappelé les nonnes qui lui criaient dessus quand il était jeune à l'orphelinat.

- Allez-vous dire quelque chose ? C'est toi le diable ! Tu as volé William, tu l'as rendu impie ! cria-t-elle dans ses oreilles, la voix résonnant dans la forêt.

Il ne pouvait pas la blâmer d'être contrariée, il savait qu'elle réagissait de la façon dont on lui avait appris. Mais cela ne voulait pas dire qu'il n'était pas blessé.

- Marie, laisse-le tranquille ! Laissez-nous tranquilles ! Ce n'est pas un diable, c'est un ami !

William essaya de proclamer, utilisant une de ses mains pour la repousser tandis que l'autre restait de manière protectrice serrée autour de Calder.

Elle attrapa son poignet à la place, arrachant le ruban qui l'entourait.

- Tu portes ça, ce truc depuis ton retour ! Il t'a jeté un sort, il t'a transformé en méchant William. Il t'a éloigné de moi.

Sa voix faiblit, la colère la quitta et la douleur la remplit.

Les deux garçons semblaient devenir moins tendus, Calder se tourna avec hésitation pour la regarder. Ses yeux étaient rouges et sa voix tremblait.

- Je n'ai volé personne. William est mon ami, je m'excuse si cela ne vous plait pas. Mais vous ne pouvez pas le changer. lui dit-il, essayant d'avoir l'air aussi calme que possible.

Pendant un instant, Calder pensa qu'il avait réussi à la joindre. Elle le regarda avec des yeux vitreux, son expression de colère s'évanouissant alors que les larmes montaient et coulaient sur ses joues rouge vif. Puis, elle tapa du pied et pointa un doigt vers William.

- Vous n'êtes pas amis, je le sais ! Les amis ne se touchent pas, pas comme ça ! Dieu le sait, Dieu vous punira tous les deux ! Vous êtes pécheurs ! Je vais le dire à tout le monde, je vais leur dire que tu es comme Timothy ! Cracha-t-elle, la voix enduite de venin.

Calder ne savait pas qui était Timothy, mais William le savait. Le fils du banquier. Le même avec qui il échangeait des regards pendant l'église. Sa poitrine était lourde, la voix coincée dans sa gorge, il pouvait à peine gérer quelques mots maigres.

- Marie, s'il te plaît. Je ferais tout. Je vais t'épouser, s'il te plaît. On peut à nouveau courtiser.... Ne le dites à personne.

Sa voix tremblait pendant qu'il parlait. Calder resserra instinctivement sa prise autour de l'autre, essayant de fournir le peu de soutien qu'il pouvait.

- Je ne veux pas de toi ! Je ne veux pas de pécheur pour mari, tu t'es tourné vers le diable !

Elle jeta le ruban vers le bas, sa botte pour le cimenter davantage dans le sol boueux en dessous d'eux.

- J'espère que tu brûleras en enfer, j'espère que tu souffreras !

Elle se retourna et retourna en courant dans le village. Ses mots ont résonné alors qu'elle criait « William Abbott est un pécheur » encore et encore. La vie de William telle qu'il la connaissait était terminée. Il ne pouvait pas parler, il se tenait juste là, les bras flasques autour de la taille de Calder jusqu'à ce qu'il sente le tremblement de ses épaules.

- Nous devons y aller, William. S'il te plaît, nous devons y aller maintenant, lui dit Calder, tendant la main pour tenir les deux côtés de son visage avec ses mains. Avant qu'ils ne te fassent du mal, avant qu'ils nous fassent du mal.

- Calder, je ne peux pas, ma famille est ici. Mes amis sont ici.

- Ta famille va te pendre, te traiter de pécheur, prier pour que tu pourrisses en enfer comme Marie le fera avec le reste de la ville. William, je dois te protéger. S'il te plaît, laisse-moi te garder en sécurité. Je ne te perdrai pas.

C'était peut-être les larmes aux yeux de Calder, peut-être la façon dont il parlait avec tant de force, mais William était prêt à mettre toute sa confiance dans le garçon qui se tenait devant lui. Alors il hocha la tête. S'écartant de l'autre, il alla attraper le ruban désormais boueux. Il ne le laisserait pas derrière lui. Il se retourna vers Calder, laissant échapper une profonde inspiration.

- Tu connais les bois mieux que moi, Calder. Ouvre la voie.

Calder serra fermement la main de l'autre. Il utilisa sa main libre pour sortir quelque chose de sa botte, une baguette défraîchie. Il était fait d'une branche d'arbre, noueux et maladroit mais il tenait parfaitement dans la main de Calder. Il savait que cela garderait l'autre en sécurité, s'il le fallait. C'était tout ce dont il avait besoin.

- Je suis un sorcier, William. J'ai besoin que tu le saches, j'ai besoin que tu me fasses confiance, je ne te ferais jamais de mal. Je ne ferai non plus de mal à personne d'autre sans raison valable. Regarde moi s'il te plaît... JE NE SUIS PAS CE QUE TU CROIS... Je ne pactise pas avec le Diable !

Calder se déplaçait à travers les bois, accélérant à chaque pas qu'ils faisaient.

William regarda la baguette, puis Calder et hocha la tête une fois de plus.

- Je te fais confiance, Calder. Toujours et à jamais.

Calder s'arrêta soudainement et se tint sur la pointe des pieds, attrapant l'autre par le devant de sa chemise et l'attirant pour un baiser. C'était en désordre et humide, ni l'un ni l'autre ne savait ce qu'ils faisaient. Leurs nez se cognaient et leurs bouches s'ouvraient un peu trop. Dans l'imagination de Calder, son premier baiser était censé être meilleur. Mais il s'en fichait. S'il avait la chance de mourir, il ne mourrait pas sans avoir jamais embrassé le garçon pour lequel il avait tout risqué. C'était le premier baiser parfait, peu importe à quel point. Parce que c'était un baiser avec William.

Lorsqu'il s'éloigna, William le regarda avec une expression de joie presque hébétée. Il n'en est sorti que lorsqu'il a entendu les cris des autres. Mary avait attiré une foule du village pour raconter les péchés de William. Ils n'étaient pas contents.

- On devrait y aller maintenant.

Calder expira, commençant à entraîner l'autre.

- Merci, jeune sorcier.

C'était tout ce que William pouvait murmurer, le suivant avec empressement.

Calder lui jeta un coup d'œil, lançant un sourire.

- Ne me remercie pas encore, nous ne sommes toujours pas en sécurité.

Il a commencé à se déplacer à travers les bois. De plus en plus vite, jusqu'à ce qu'il n'entende plus les cris des citadins et que Marie prétende qu'il est un pécheur. Jusqu'à ce qu'il n'entende que le craquement des feuilles mortes sous ses pieds et les respirations haletantes de Calder.

Mais c'était tout ce qu'il voulait. Être juste à côté de ce garçon, sur qui il avait encore tant à apprendre, mais il était prêt à écouter. Il était prêt à commencer une nouvelle vie avec ce garçon, laissant derrière lui son ancienne vie dans le village. Si Dieu le condamnait pour ressentir une joie si pure pour quelqu'un, et bien qu'il le fasse.

C'était de la folie pure, courir à travers les bois avec un garçon à qui il avait à peine parlé deux fois. Un garçon qui était un sorcier. Un garçon pour lequel il ressentait des émotions si fortes qu'il décida que cela valait la peine de risquer sa vie.

Pourtant, il ne s'était jamais senti aussi vivant et amoureux !

« Fin »