L’héritage du Zénith – V

3 mins

La vaste salle du trône impériale s’ouvrait sur un décor indéniablement majestueux. Au sol et au plafond, de nombreux chandeliers et candélabres d’or et d’argent, déversaient leur lumière en ce lieu primordial pour l’Empreinte.

Chaque mur se voyait embelli par une immense fresque faisant le tour de la salle, aussi bien horizontalement que verticalement, unissant chaque face délimitant l’endroit en un seul décor. La représentation éclatante de la guerre éternelle entre le ciel, au plafond, et les ténèbres au sol, se disputant une humanité soumise ou hargneuse, rendait pleinement la rage du conflit.

Au centre de trois larges cercles de bougies posées à même le sol, y déversant leur cire blanchâtre, un trône immense se dressait. Les accoudoirs formant deux têtes éplorées, dont les corps mêlaient deux paires d’ailes pour former un imposant dossier frôlant le plafond.

Installé, ou plutôt avachi dessus, un vieillard nageait dans un noble manteau grisâtre, ayant souffert de l’âge avec son propriétaire.

Le vêtement s’ouvrait sur un torse nu. D’une maigreur inquiétante, on devinait aisément les profonds sillons intercostaux à chaque expiration sifflante et difficile. L’état de santé très préoccupant de l’hôte des lieux semblait pour le moins évident.

Il reposait ses mains émaciées, terminées par de longs doigts squelettiques fins et aux ongles visiblement négligés depuis trop longtemps, sur les visages angéliques sculptés dans un bois rare et précieux. Le manteau couvrant son dos se déchirait, percé par quatre vestiges d’ailes grises, paraissant avoir passées leur vie à se consumer pour ne laisser aujourd’hui que des tisons cendreux s’effritant un peu plus à chaque mouvement. Le vieillard se penchait en avant comme accabler d’un trop lourd poids.

Le visage bas, de longs cheveux blanchis par les siècles le masquant et coulant sur le torse et les épaules, le père attendait sa progéniture…

Suivis par Nocre se tenant aux côtés de Lisithia, les trois invités pénétrèrent dans la salle et furent immédiatement soumis à une pression que seuls eux pouvaient endurer. Chaque pas en direction du trône, était effectué contre un mur invisible tentant de les repousser. Malgré son état pitoyable, Lucifer conservait une aura encore bien au-dessus de la plupart des créatures peuplant le monde, dans son ciel, sur et sous sa surface.

Arrivée au seuil du premier cercle de bougies, la fratrie s’arrêta. Ils restèrent tous silencieux un long moment, contemplant leur père dans un mélange de respect face à tant de millénaires vécus dans l’adversité, et tant de victoires remportées contre un ennemi se voulant tout puissant.

Il y avait également une once de pitié, voire de dédain, devant son apparence de simple vieillard.

Enfin, il y avait aussi plus ou moins de colère. Tous avaient conscience que ce frêle corps amoindri par l’âge, détenait toujours suffisamment de puissance pour réduire tout à néant à des kilomètres autour de lui, sans bouger de ce trône.

C’est d’ailleurs sans le moindre mouvement pour les saluer que Lucifer s’exprima enfin, d’une voix rocailleuse trahissant un peu plus une faiblesse physique avancée :

— Hachbanmeraug… Mon fils… Evysciel… Mon enfant… Lisithia… Ma fille… Depuis combien de temps ne nous sommes-nous pas trouvés tous réunis en famille, hm ?

— Cela n’est jamais arrivé, Père…, répondit aussitôt l’aîné sans avoir adouci le moins du monde le ton sa voix.

— Il est certain que nous sommes loin d’une famille unie et heureuse…, renchérit Evysciel. Mais comment allez-vous, père ?

De son côté, Lisithia s’était accroupie, semblant peu concernée, pour reprendre ses caresses sur Nocre allongé à ses côtés. Lucifer l’observa quelques secondes, puis répondit :

— Aussi bien que je le laisse paraître, mon enfant… Le temps fluctue mais n’épargne personne, pas même moi…

— Peut-être que si vous sortiez un peu, vous reprendriez des forces ! consola Evysciel. Vous vous morfondez trop dans cette cage, aussi confortable soit-elle.

— Si vous vous sentez si vieux, passez-moi le relais ! déclara sans la moindre ironie le fils aîné, trouvant son père pathétiquement faible dans sa posture de vieillard agonisant. Il avait à peine prononcé ces mots, que la cicatrice sur son visage le démangea comme pour lui rappeler sa vaine tentative d’antan…

— Raug ! le réprimanda sévèrement Evysciel. Un peu de respect pour notre père !

Le terme « peu » avait été appuyé volontairement par Evysciel, se sentant tout de même mal à l’aise face à la condition de leur géniteur, mais ne pouvant s’empêcher d’être en partie d’accord avec son frère.

Même si la conclusion n’était évidemment pas la même…

— Et toi ma fille ? Tu n’as pas une gentillesse pour ton vieux père ? dit-il à l’attention de Lisithia, qui lui répondit sans détourner son attention du cerbère :

— Quand tu mourras, je pourrai garder Nocre, hein ?

Lucifer esquissa un sourire, et reprit :

— Voilà de bien braves enfants… Mais je suppose que je ne peux pas attendre de compassion de votre part… Cela serait parfaitement déplacé venant de moi, admit-il. Il est vrai que je n’ai pas été un père très présent pour vous… Vous concevoir était de loin bien plus intéressant que vous élever…

Il marqua une pause, s’amusant des visages lui faisant face, avant de poursuivre :

— Toutefois, vous avez raison : je me meurs. Et votre présence en ces lieux rejoint, en effet, le sujet de ma succession…

No account yet? Register

1 Commentaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Annick Smits
9 mois il y a

Sympa la petite famille ^^

Lire

Plonge dans un océan de mots, explore des mondes imaginaires et découvre des histoires captivantes qui éveilleront ton esprit. Laisse la magie des pages t’emporter vers des horizons infinis de connaissances et d’émotions.

Écrire

Libère ta créativité, exprime tes pensées les plus profondes et donne vie à tes idées. Avec WikiPen, ta plume devient une baguette magique, te permettant de créer des univers uniques et de partager ta voix avec le monde.

Intéragir

Connecte-toi avec une communauté de passionnés, échange des idées, reçois des commentaires constructifs et partage tes impressions.

1
0
Exprimez-vous dans les commentairesx