« Je ne suis pas ce que tu crois: Chapitre 6 »


Michael FIEVEZ

Publié le 29/08/2021 11:42

8 mins de lecture

L'hiver s'embrouilla par de lentes épreuves qui tombaient sur les deux garçons pendant ce temps. Les bénéfices diminuaient toujours en hiver pour la famille de William, car l'agriculture était saisonnière. Ils ont dû budgétiser durement, ce qui, dans une famille de sept personnes, était difficile.

William a le plus lutté, du moins émotionnellement. Chaque jour, il se réveillait pour ajouter une autre marque de pointage sur le mur au-dessus du lit qu'il partageait avec ses frères et sœurs. Chacun pour un jour sans Calder. Vers le trentième jour, son père le fit arrêter, lui disant qu'il était en train de ruiner les murs. Il gardait le ruban attaché autour de son poignet à tout moment, ses frères et sœurs l'interpellant pour savoir qui le lui avait donné.

Ils pensaient tous que c'était une fille, bien sûr que c'était le cas puisque c'était un ruban. Il y avait une fille qu'il courtisait, Mary, qui lui a posé des questions. Il ne pouvait pas répondre. Ils ont cessé de se courtiser après cela, elle a supposé qu'il avait trouvé quelqu'un d'autre pendant son absence et qu'il ne s'intéressait pas à elle. Elle n'avait pas tort.

Au loin, au fond de la forêt, l'hiver de Calder s'est un peu mieux passé. La nourriture était difficile à trouver, mais avec l'aide de la magie et d'une partie de la faune, il avait survécu.

il pensait tous les jours à William, désireux de le serrer dans ses bras une fois de plus. Quand les nuits étaient particulièrement froides, il aimait à s'imaginer enveloppé dans ses bras. Un certain nombre de fois, il a commencé à écrire des lettres à William, seulement pour les jeter de peur que cela ne l'effraie.

Mais lorsque les jours se sont finalement réchauffés, que la neige aie fondu et que les oiseaux sont revenus, il a fait ses valises pour un voyage. Cela ne pouvait pas prendre plus de deux jours à pied, alors il a emballé léger.

Quand le soleil s'est levé tôt un matin, il parti. Le voyage a été calme, il a croisé quelques créatures sauvages mais aucune ne l'a dérangé. Le pire était de dormir dans les bois, mais il a survécu, atteignant le village au moment où le soleil se préparait à se coucher. Avec les instructions des habitants, il a pu se diriger lui-même jusqu'à la ferme de William.

Ce n'était pas ce à quoi il s'attendait. Vieux et en ruine, il ne pouvait même pas imaginer que quelqu'un vivrait ici. Mais, le village lui avait dit que c'était là que serait William. Il procéda dans les deux sens, s'avançant vers la porte, il pouvait entendre le bavardage des gens et le bruit des assiettes. Il espérait qu'il n'était pas trop tard, mais il pouvait toujours juste dire bonjour puis revenir le matin.

Alors, d'une main rapide, il frappa trois fois à la porte, puis recula d'un pas. A l'intérieur, il entendit des bruits de pas et des bavardages se calmer. La porte s'ouvrit un instant plus tard, révélant un homme plus âgé aux yeux fatigués et au regard interrogateur.

- Puis-je vous aider ? Demanda-t-il, la voix bourrue alors qu'il s'appuyait contre le cadre de la porte.

Calder pouvait voir au-delà de lui, il pouvait voir William aider une de ses sœurs à préparer des assiettes. Il a souri.

- Je suis ici pour voir quelqu'un, William Abbott, on m'a dit qu'il habite ici ?

Il parlait doucement, ajustant la capuche de sa cape pour s'assurer qu'elle ne tomberait pas.

A l'intérieur, William se tourna vers la voix familière. Il s'est figé. La mâchoire tombant et les yeux écarquillés, il posa rapidement les assiettes et commença son chemin. Il a fallu tout pour se retenir de repousser son père et d'attaquer l'autre dans une étreinte. Au lieu de cela, il parla rapidement avant que son père ne puisse prononcer un mot.

- Père, voici le fils de Thomas Hall, l'homme qui a acheté nos dernières pommes quand j'étais en ville.

Le mensonge est venu naturellement, il s'était entraîné à présenter Calder au cas où il rencontrerait sa famille. Il ne pourrait jamais leur faire savoir qui il était vraiment. Calder a heureusement compris rapidement, tendant la main.

- Robert Hall, monsieur. C'est un plaisir de vous rencontrer. Mon père m'a demandé de rencontrer William pour discuter de l'achat de plus de vos produits une fois qu'ils auront été récoltés. Nous organisons une grande fête et il a trouvé que tes pommes étaient les meilleures qu’il n’ait jamais eues.

Prenant l'autre main, le père de William la serra fermement. Ça fait mal.

- Je vois, William ? Je crois qu'il est temps que tu reprennes les commandes.

Il regarda son fils, se penchant pour murmurer quelque chose que seul William pouvait entendre. Calder vit son visage pâle.

- Oui père.

Il pouvait entendre William dire, passant devant son père et invitant Calder à le suivre. Les deux ne parlèrent pas pendant un certain nombre de moments, pas avant d'être à bonne distance de la maison.

- Tu m'as manqué, marmonna finalement Calder en regardant l'autre.

- Pas ici, plus loin. Viens !

William a continué à marcher à travers les champs vides, les plantations allaient bientôt commencer. Cependant, il les dépassa, jusqu'à la périphérie des bois et bientôt les deux disparurent derrière eux. Personne ne les verrait ici, William le savait.

- Je peux encore parler ? Marmonna Calder en levant les yeux vers William d'un air nerveux.

Hochant la tête, William alla serrer ses bras autour de l'autre. Il souleva Calder de ses pieds, le tenant aussi près que possible.

- Tu m'as manqué aussi, Calder.

Ce fut un peu un choc, mais bienvenu pour Calder. Il enroula ses bras autour du cou de William et lui sourit doucement.

- J'espère que la visite surprise ne t’a pas dérangé. Je pensais qu'il était temps, cependant.

- Jamais, toute visite de ta part n’est bonne.

- Comment s'est passé l'hiver, était-ce mauvais ?

William soupira doucement à la question, se déplaçant pour arrêter de tenir Calder. Il posa toujours ses bras autour de la taille de l'autre cependant, espérant qu'il ne le remarquerait pas. Calder l'a remarqué. Il n'a rien dit, parce qu'il aimait ça. Ses bras restèrent posés autour des épaules de William et ils gardèrent leur proximité confortable pendant qu'ils parlaient.

- L'hiver était l'hiver. Il a eu ses épreuves.

- Je vois, mais les choses vont-elles s’améliorer ? Maintenant que c'est le printemps !

- Je ne suis pas tout à fait sûr, Calder. Mon père n'a pas été de bonne humeur, j'ai rompu ma cour avec une fille. Elle est toujours bouleversée, et mon père est bouleversé parce qu'elle nous procurerait un terrain assez important. Mais c'était mal de l'épouser.

Calder hésita, jetant un coup d'œil à William plusieurs fois avant de parler.

- Pourquoi ça ne va pas ?

- Je ne peux pas le dire.

- Tu ne peux pas ou tu ne veux pas ?

- Calder ne fait pas ça.

- Faire quoi, William ? Dis moi pourquoi ?

- Je crains que mon cœur ne lui appartienne pas.

- A qui appartient-il alors ?

William souhaitait que Dieu le frappe sur-le-champ, pour le punir de ce qu'il ressentait. Ce qu'il voulait dire. Ce qu'il voulait faire. Mais, Dieu n'a rien fait de la sorte. Cependant, le claquement soudain d'un bâton a alerté les deux garçons. Leurs têtes se tournèrent vers elle, il y avait une fille qui se tenait à moins de trois mètres.

Elle avait l'air en colère, ses yeux étaient vitreux et son visage était couvert d'une mine renfrognée alors qu'elle faisait des pas d'assaut vers William. En réponse, William rapprocha Calder et cacha le visage du garçon dans sa poitrine. Il priait pour qu'elle ne l'ait pas vu, qu'elle ne sache pas qu'il était un homme. Ce n'était pas une position dont il pouvait se sortir facilement. Si elle savait que Calder était un garçon, cela amplifierait le risque…