Et si c’était vrai, possible que je rêvais

3 mins

J’ai dû raconter cette histoire quelques fois, quand je suis invité au verre de l’amitié, c’est à dire au moment de l’apéritif, mais c’est assez rare, parce que je n’ai toujours rien compris.
Dans le Midi, il y a toujours un apéritif quelque part.

Quelques années en arrière, je traine de bar en bar, pour noyer mon désœuvrement, quand j’ai beaucoup de chance je peux m’écrouler dans mon lit, les autres fois dans le couloir ou dans la salle de bain, quand ce n’est pas accroché à un réverbère et attendre le matin.
Ce n’était pas joli à voir, mais c’est ainsi que je passais mon temps, il n’y a rien à juger.

Un soir de bonne fortune, j’arrive dans mon lit, et je commence à m’endormir, l’estomac ravagé par le surplus d’alcool habituel, tout d’un coup je me réveille angoissé, le dos sur le matelas je n’ose pas bouger, je sens que quelqu’un est à côté et me pousse.
Quand je dis “me pousse”, les guillemets sont importants, je sens qu’on me repousse, mais pas de l’extérieur.
J’ai du mal à décrire ce moment, mais j’ai vraiment l’impression que l’on veut prendre ma place. Je ne crois en rien ni  personne, donc toutes ces fariboles, j’allais écrire idioties, ne me sont pas venues à l’esprit, la seule chose qui me tourne en tête, est que je vis un cauchemar éveillé et que l’alcool y est pour beaucoup. Je tiens à préciser que, quelque soient mes états, je ne fais jamais de mauvais rêves,  je me souviens toujours au matin, et prends un malin plaisir à écrire sur un carnet.
Je suis là, couché sur le dos, et on me “repousse” de mon corps. J’utilise encore une fois à bon escient des guillemets, parce que je ne vois rien qui ne soit plus adapté. Je me souviens vaguement, m’être mis sur le côté , avoir planté mes ongles dans le bois du lit, comme pour me retenir.
J’ai perdu la notion du temps, mais je crois que cette lutte a duré plusieurs minutes, mais bon, c’est une impression que je n’ai eu qu’au matin, l’esprit et le corps embrumés n’aident pas à rester éveillé.

Tout à ces souvenirs, je regarde ma main, je regarde mon lit, j’avais un ongle cassé et il y avait la marque de tous mes autres doigts, j’avais griffé ma couche.
J’ai eu tellement peur, mais je n’y croyais pas vraiment, j’ai décidé de ne plus boire, serment d’ivrogne à ce jour, mais je ne me suis plus jamais mis dans cet état depuis.

Quelques semaines ou mois après cette fameuse nuit, je ne bois toujours pas ou si peu, juste à tremper mes lèvres dans un verre de vin ou autre, jamais plus.
Ma fille est venu s’installer chez moi, me confortant dans le fait de ne pas lui donner une image négative de son père, tout allait pour le mieux, je faisais bonne figure l’alcool ne me manquait, j’étais vraiment surpris.

Je venais juste de m’endormir, je sens une présence, la chose est revenue pour me faire subir le même sort, je m’en souviens très bien, rien de plus que de l’eau ce jour là. Exactement comme l’autre fois, mais j’étais pleinement conscient de mon état, quelque chose me repousse, pas de poids à coté, pourtant je me sens bousculé. J’ai bloqué plusieurs fois ma respiration, comme pour me regrouper, planté encore une fois mes doigts sur le coté, je n’ose pas crier, je n’ose pas bouger, ma fille est à coté dans une chambre plus loin, je ne suis pas courageux, mais elle n’y est pour rien. Je sens des bras qui poussent, comme un corps qui repousse, qui veut mon intérieur, c’est juste une impression, mais je n’ai rien de mieux, moi je ne bouge pas, je n’ose pas regarder, je suis tétanisé, je suis terrorisé.

Au bout de plusieurs minutes, je m’en suis rendu compte quand ça s’est arrêté, je me suis endormi de fatigue et de peur, de peur comme un enfant qui n’ose plus bouger et qui attend que la chose sous le lit s’en aille avec le jour.

Je n’ai jamais rien noté sur mes carnets de ces deux soirs, même si j’écris ici, je reste avare de mots, j’évite de réveiller en donnant les détails. Je raconte cette histoire sur le ton d’une blague comme un plaisanterie, je lance comme à la pêche une ligne pour voir, si quelqu’un peut y croire, car moi je n’y crois pas, quelques ongles cassés, des griffures sur un lit, ça ne fait pas réel.

Chacun pense ce qu’il veut, moi je ne crois en rien, même pas à cette histoire, mais des fois je me dit, et si c’était vrai que je possède une âme, quelqu’un en à besoin ?

#concours, #etSiCEtaitVrai.

No account yet? Register

2 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mathieu Jaye
4 années il y a

Bonjour Michel,
En dessous de ton texte (lorsque tu l’édites) il y a un champs pour ajouter les tags.
En espérant que cela puisse t’aider !

Lire

Plonge dans un océan de mots, explore des mondes imaginaires et découvre des histoires captivantes qui éveilleront ton esprit. Laisse la magie des pages t’emporter vers des horizons infinis de connaissances et d’émotions.

Écrire

Libère ta créativité, exprime tes pensées les plus profondes et donne vie à tes idées. Avec WikiPen, ta plume devient une baguette magique, te permettant de créer des univers uniques et de partager ta voix avec le monde.

Intéragir

Connecte-toi avec une communauté de passionnés, échange des idées, reçois des commentaires constructifs et partage tes impressions.

2
0
Exprimez-vous dans les commentairesx