La femme du pont

5 mins

Je n’ai pas le temps de prendre une douche ni de déposer mes affaires au Motel. Mon taxi m’amène directement au lieu du rendez-vous. Si le directeur de casting n’est pas convaincu pas la bande démo et par mon sens de l’entourloupe, je peux dire adieu à ma carrière. Comment ai-je bien pu en arriver là ? J’étais l’un des agents artistiques les plus respectés de la capitale. Je me retrouve à présent au beau milieu de l’Afrique à jouer mes dernières cartes sur une cruche pour un rôle secondaire dans une série télé médiocre. Mon visage imbibé de transpiration, je demande au chauffeur s’il peut me faire passer un mouchoir. Il ne me répond pas. Ce con-là est bien trop occupé à insulter les autres automobilistes. Si j’avais avalé un petit déjeuner, je serais certainement en train de l’expulser à mes pieds. Malgré la lourdeur de l’atmosphère, je ferme les fenêtres pour éviter que la poussière change la couleur de ma chemise. Il me dépose devant le bâtiment le plus haut de la ville. Le plus luxueux. J’y lance les billets que j’y dois à travers la vitre, puis entre dans la salle d’attente. Mais putain, comment ai-je bien pu en arriver là ? Je ne manquais de rien. Je possédais tout ce qu’un homme peut rêver d’avoir. Une grande maison, une femme aimante, une fille des plus sage et studieuse… Pourquoi fallait-il que je faute avec cette stupide secrétaire ? Enfin surtout pourquoi fallait-il que je me fasse prendre ?! Elle avait un cul à vous provoquer une rupture d’anévrisme. La porte s’ouvre. Il est grand temps de se ressaisir. Mon futur se joue ici. Après un court échange, je ne laisse pas le directeur de casting causer, et j’insère la clef USB sur son ordi portable. Je commente chacune des intonations et chacune des mimiques de mon actrice. Je fais l’éloge de son talent. Il me semble être convainquant malgré que je ne crois pas un seul mot qui je prononce. Lorsque je cesse mon baratin, le directeur me lance avec froideur. « Toutes mes excuses, mais nous avons déjà trouvé la personne qu’il nous faut ». Et c’est maintenant qu’il me le dit ce pauvre imbécile. Si je l’avais su avant, ça m’aurait évité de déballer toutes ces conneries.

J’oublie ma clef USB et quitte son bureau sans un mot. Je suis fou de rage, désespéré, au bout du rouleau… Je m’arrête sur un pont et observe le précipice. L’envie de m’y jeter ne m’a jamais paru aussi séduisante. Malgré que ma vue soit gênée par les véhicules en circulation, j’aperçois une silhouette harmonieuse de l’autre côté de la route. Ce corps délicieux me fait oublier momentanément mes tourments. Sa taille est fine et ses épaules sont bien alignées à ses hanches arrondies. Sa chevelure longe son dos, jusqu’à l’extrémité de ses fesses cambrées. Elle regarde l’horizon en aspirant la fumée de sa cigarette par ses lèvres pulpeuses. Sa façon de tiré sur sa clope me procure un élan de désir insoutenable. Je profite que le trafic se calme pour la photographier à son insu. Je zoome le plus possible tout en conservant une qualité acceptable. Sa peau foncée semble sans défauts. Je suis littéralement fasciné par sa beauté. En jetant un coup d’œil sur le cliché, je reste sans voix. Aucune trace de sa présence. Elle se trouve à seulement quelques mètres. Il m’est impossible de l’avoir raté et pourtant… Qu’est-ce qui a bien pu se passer ?! Un bug ?! Lorsque je lève les yeux, elle a disparu. Évaporé. L’ai-je inventé ? Suis-je si désespéré ? Mon équilibre psychologique des plus troublés, je prends la décision de prendre le premier taxi que je croise et rentre directement au Motel pour me coucher.

Le hall dégage une atmosphère étrange et lugubre. Sans lever les yeux de son magazine, le réceptionniste me jette la paire de clef de la chambre N°88 et m’indique du doigt, les escaliers à prendre. Je longe le long couloir à la tapisserie qui se décolle, puis arrive devant la porte. Je tourne la clef dans la serrure. Je suis alors stupéfait de retrouver, assise en face de moi, la femme du pont. Du plus embarrassé, je me presse de vérifier le numéro de ma chambre. Je ne fais pas erreur. Elle est assise sur la chaise du bureau, les jambes l’une sur l’autre. Dans le silence, elle ne me lâche pas du regard, sans jamais cligner des yeux. Toutes personnes saines d’esprits auraient commencé par demander ce que foutait une inconnue dans sa chambre. Mais j’ai d’abord ouvert la bouche pour lui demander comment se fait-il qu’elle n’apparaisse pas sur la photo que j’ai prise d’elle. Elle met un certain temps avant de répliquer. « Par ce que je ne vous l’ai pas autorisé. » Même si sa réponse est totalement dénuée de sens, je n’y fais guère plus attention et m’assois sur le bord du lit. Je suis comme envoûté par sa beauté qui relève de la divinité. On échange quelques mots. Puis, je vus en cette femme, la possibilité de concrétiser tous mes objectifs. Qu’elle croise ma route ne peut venir que d’une force supérieure, d’une bénédiction. Elle incarne l’espoir d’échapper à ma situation miséreuse. Elle n’a pas besoin de savoir jouer la comédie. Elle possède le charme nécessaire pour devenir une star planétaire. Je lui demande si elle accepterait de prendre quelques photos, et réciter quelques lignes de textes devant ma caméra. Elle aime prendre du temps avant de répondre. Je trouve ça agaçant. Elle finit par accepter en imposant une seule condition. Si elle décroche le rôle, elle ne voudra plus jamais me revoir. Je sais au fond de moi que cela est impossible. Je l’ai découvert. À partir de maintenant, son talent m’appartient. Pas moyen qu’un autre agent se remplit les poches à ma place. Pas après tout ce que j’ai traversé. Elle me demande de m’agenouiller devant elle. Je m’exécute. Ensuite, j’embrasse le dos de sa main. J’y serre si fort qu’elle poussa un léger gémissement. Je n’avais encore jamais rien vu de si beau sur cette terre.

Je passe la nuit à trier les photos et les vidéos que l’on avait prises pendant le shooting improvisé. Les clichés étant tous parfaits, le choix s’avéra douloureux. Sans avoir fermé l’œil, je rejoins les locaux du directeur de casting à la première heure. Il resta bouche bée.

« C’est elle qu’il nous faut !

-Et l’actrice que vous avez déjà engagée ?

-Au diable ! Mais bon dieu, où avez-vous mis la main sur une créature pareille ?

 -Par le plus heureux des hasards. Lui répond dis-je.

“Bordel, je ne suis pas fichu !” Hurlais-je dans ma tête. Lorsque je retourne dans ma chambre, elle m’attendait à la même place que la veille. Je lui annonce avec enthousiasme qu’elle est prise pour le rôle. Au vu de sa réaction, je ne suis pas sûr qu’elle est bien comprise de quoi cela en retourné. Je lui explique ce que lui réserve son avenir glorieux. De son calme toujours aussi dérangeant, elle me répond qu’une fois le contrat signé, il fallait que je tienne ma promesse. Que nos routes ne se croiserons plus jamais. Mais seul un fou laisserait passer une opportunité comme celle-ci. Ces talents mon permis de me remettre en course, mais je n’en ai pas encore assez. En plus d’être ma poule aux œufs d’or, elle a toutes les caractéristiques pour être une femme parfaite. Il faut que je la possède toute entière. Malgré sa froideur, elle finit par céder et à s’assoir à mes côtés. Je passe ma main sur sa jambe, mais elle la retire en me demandant ce que je suis en train de fabriquer. Quelle étrange femme. J’y ordonne de s’offrir à moi. Si ce n’est pas le cas, elle peut dire adieu à son rôle. Je l’embrasse avant de me coucher sur elle. Elle tente de me repousser, mais en vain. Par la suite, elle n’a pas le choix que de se laisser guider par mes désirs. Elle me marmonne quelques mots à l’oreille que je comprendrai malheureusement bien trop tard…

À mon réveil, l’odeur de fumier me retourne l’estomac. À quelques centimètres de mon visage se trouve une queue en forme de tire-bouchon. Impossible de me mettre sur mes deux jambes. Des pattes ont remplacé mes pieds. Je me retrouve à présent dans la peau d’un porc enfermé dans un enclos.

No account yet? Register

2 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Noelle Nolwen
9 mois il y a

On ne s’attend à cette fin de l’histoire !

Lire

Plonge dans un océan de mots, explore des mondes imaginaires et découvre des histoires captivantes qui éveilleront ton esprit. Laisse la magie des pages t’emporter vers des horizons infinis de connaissances et d’émotions.

Écrire

Libère ta créativité, exprime tes pensées les plus profondes et donne vie à tes idées. Avec WikiPen, ta plume devient une baguette magique, te permettant de créer des univers uniques et de partager ta voix avec le monde.

Intéragir

Connecte-toi avec une communauté de passionnés, échange des idées, reçois des commentaires constructifs et partage tes impressions.

2
0
Exprimez-vous dans les commentairesx