Crépuscule Gris - Chapitre 5 (partie 1) | Un monde de draks et d'épées


Mke Mke

Publié le 31/05/2020 14:36
Mis à jour le 19/08/2020 19:58

7 mins de lecture

Chapitre 1 | La grotte de cristal

Chapitre 2 | Le désert   

Chapitre 3 | L’interprète  

Chapitre 4 | Fort Toral (partie 1) 


Résumé des chapitres précédents : Juan, Miguel, Franck, Julie et Marie faisaient partie d'une expédition qui visait à sécuriser une grotte dans une mine. Suite à un effondrement, ils ont émergé dans un mon inconnu dont les jours sont bercés de deux soleils. Par un concours de circonstances obscur, Julie a appris la langue locale. Le groupe s'est fait capturer par des soldats chevauchant des griffons, qui les ont emmenés vers une forteresse. En prison depuis plusieurs mois, ils ont reçu la visite d'un espion un peu simplet qui leur a promis de tenter de les aider. L'information de leur présence dans ce pays a commencé à fuiter.




Une cohorte de gardes entra dans le bloc de cellules et ordonna aux prisonniers de se lever. Au milieu d'eux, le tortionnaire de Julie. Elle eut un haut le cœur et un mouvement de recul à son arrivée. Elle le vit saisir les mains de chacun de ses compagnons, dont les expressions changeaient peu à peu à son contact. Lorsqu'il les relâchait, ils paraissaient totalement amorphes et béats. Julie tenta dans un acte de désespoir de séparer le mage de Marie. Un garde l'empêcha d'approcher. Le tortionnaire la regarda avec un sourire odieux et susurra :

- Tiens, voilà ma préférée ! Vous allez me manquer, très chère

Paniquée, Julie chercha un moyen d'échapper à ce personnage qui ne lui inspirait que du dégoût. Elle se précipita vers la porte de la cellule pourtant bloquée par nombre de soldats. Ces derniers l'attrapèrent par les bras et l'immobilisèrent, tandis que le mage s'approchait d'elle les mains en avant. Elle hurla la voix pleine de terreur quand il les posa sur ses tempes. Son esprit s'évanouit dans l'obscurité. Il la relâcha quelques secondes plus tard. Julie n'était plus capable de réfléchir. Sa vue, floutée, ondulait comme lors d'une soirée trop arrosée. Elle était dans un état second, consciente mais engourdie.

Les soldats bâillonnèrent les prisonniers sans résistance et couvrirent leurs têtes d'épais sacs de jute. Ils tambourinèrent en ricanant leurs omoplates avec leurs matraques de bois, et les poussèrent dans les couloirs de pierre du bâtiment. Les membres du groupe furent entassés dans un fourgon à barreaux, qui sortit discrètement de la forteresse au cœur de la nuit. Inconfortablement assises dans le chariot, Julie et Marie émettaient de faibles gémissements étouffés à chaque cahot de la route, qui leur faisait cogner le bois rigide des parois contre le dos. Le fourgon descendait lentement à flanc de montagne, tiré par des animaux produisant des sons étranges, au rythme des pas métalliques de quelques soldats. A mesure que la nuit avançait, les étrangers s'écroulèrent les uns après les autres dans un état de semi-conscience.




Franck fut réveillé en sursaut par des bruits de lutte. Il ne savait plus où il était, ni pourquoi il était ligoté et bâillonné, la tête dans un sac de jute. Il ne pouvait voir ce qui se passait au dehors, mais le jour était déjà levé. Franck essayait de deviner ce qui se passait en tendant l'oreille. Les soldats du convoi avaient été pris par surprise. Ils criaient dans leur langue inconnue, et leurs voix se perdaient au milieu de tintements métalliques. Le nombre de timbres perceptibles diminuait peu à peu. Lorsque les cris se turent complètement, tout le groupe était réveillé. La porte du chariot s'ouvrit. Quelqu'un entreprit de les faire descendre un par un, et les débarrassa de leurs liens. Lorsqu'un inconnu leur enleva le sac de jute, tous prirent une grande inspiration. Cela faisait plus d'un mois qu'ils n'avaient pas vu le jour. Marie était encore mal en point, et souffrait probablement d'une côte cassée. La respiration lui était pénible. Les soleils étaient hauts, c'était la fin de matinée. Julie leva les yeux vers le ciel et laissa couler des larmes de bonheur ; ils étaient libres. Leurs esprits étaient encore très embrumés, sans qu'ils sachent exactement pourquoi. Le convoi était arrêté à flanc de montagne, en aval tombait une falaise abrupte. Leur sauveur était seul, et s'affairait à retirer les armures des cadavres des soldats et en déplacer d'autres.

- Quand vous aurez fini d'admirer le paysage, est-ce que vous vous déciderez à me donner un coup de main ? leur adressa leur libérateur d'un ton plein de reproche

- Désolée, que faut-il faire ? répondit Julie, en faisant signe aux autres de s'approcher

- Il faut que nous fassions disparaître ces traces rapidement, ensuite je vous emmènerai en lieu sûr

- Qu'attendez-vous de nous ?

- Déjà, quittez tous ces vêtements trop voyants, et enfilez les cuirasses des soldats. Ce n'est pas le plus confortable du monde, mais ce sera temporaire

Ils s'exécutèrent, tandis que l'inconnu récupérait au fur et à mesure leurs vêtements pour les enfiler sur les corps sans vie des soldats. Il affubla les plus fluets des vêtements des femmes, puis marqua un temps d'hésitation. Il ramassa finalement une grosse pierre et les défigura violemment, ce qui arracha des grognements de dégoût au groupe.

- Maintenant on les remet dans le fourgon et on balance tout ça dans le ravin, continua-t-il 

Miguel posa sa main sur l'épaule de Franck en lui faisant signe d'observer leur sauveur. L'inconnu n'était pas très grand, peut être un mètre soixante. Il était vêtu d'une cuirasse de cuir noir et d'une cape sombre, prolongée d'une capuche qui lui couvrait la tête. Lorsqu'il se retourna, leurs regards se croisèrent très rapidement. L'homme avait le visage caché derrière un foulard gris, ne laissant apparaître que des cheveux noirs bouclés et une paire d'yeux jaunes intense.

L'inconnu détacha trois des quatre animaux qui lui paraissaient les plus robustes. Il jeta les dernières traces suspectes dans le fourgon, puis ferma la porte sans la verrouiller. Pour que l'accident soit crédible, il fallait qu'il y ait une trace d'attelage, et le dernier membre du harnachement en ferait malheureusement les frais. Le fourgon bascula dans le vide, emportant avec lui le malheureux animal encore attaché. L'ensemble d'écrasa plusieurs dizaines de mètres plus bas. La porte s'ouvrit, vomissant les corps déguisés alentour. Le corps brisé, l'animal s'éteignit dans un râle déchirant. La duperie était maline, tout portait à croire que les prisonniers et quelques soldats avaient été victimes d'un accident. Il serait impossible d'aller vérifier à cette endroit l'identité des corps.

Tandis que l'inconnu vérifiait une dernière fois la crédibilité de la supercherie, Julie et Marie allaient et venaient autour des créatures maintenant libres. Les deux femmes étaient fascinées ne sachant pas si elles pouvaient se risquer à les toucher, voire simplement se rapprocher. Ces animaux étranges présentaient une morphologie similaire à celle des chevaux, et n'étaient pas des mammifères. Leurs pattes se terminaient non par des sabots, mais par trois grands doigts griffus. La queue était également différente : une sorte de carapace d'écailles prolongeait l'échine de leur dos, protégeant par le dessus un faisceau épais de crins. Le reste de leur robe présentait un poil court, fin et luisant. Leur tête, enfin, était la plus surprenante. Aucune crinière ne poussait le long de leur cou, mais à l'arrière de leur crâne pointait une grande protubérance osseuse de près d'un mètre au dessus de leur dos, recouverte de peau. Leurs pupilles étaient fendues comme celles d'un serpent et leur bouche, qui ressemblait vaguement à celle d'un iguane, se finissait par des lèvres charnues. Les deux femmes n'avaient jamais rien vu de semblable jusqu'ici, en dehors de dessins dans les livres pour enfants sur la préhistoire.


Chapitre 5 | Un monde de draks et d'épées (Partie 2)





Auteur du Pen :

24
Abonné(s)

34
Article(s)


Suggestions :